Mon compte :  Se connecter
 
 
Actualités - Commerce & marchés

MAISON DE L'ENTREPRENEUR CHÂTEAURENARD - 17/08/2016
MAISON DE L'ENTREPRENEUR CHÂTEAURENARD
"Vous souhaitez vous installer en agriculture ou bien anticiper la transmission de votre exploitation ? "

Le 12 Septembre 2016, le Point Accueil Installation et le Point Info Transmission, tiendront leur permanence au sein de la Maison de l'Entrepreneur à Châteaurenard.

Des conseillers spécialisés répondront à vos premières questions et vous aiguilleront dans la suite de vos démarches.

Contact préalable obligatoire et prise de rendez-vous auprès du Point Accueil Installation au 04 42 96 57 75
   
   
       


Labourage et pâturage, les deux «gamelles» de la France - 03/02/2015
Labourage et pâturage, les deux «gamelles» de la France

Objet: Article - les echos

Sabine Delanglade / Editorialiste | Le 27/01 à 16:35

Depuis 2007, l’Allemagne exporte davantage de produits agricoles que la France.

Après la France sans usines, la France sans champs ? Alors que le débat se focalise sur la désindustrialisation de notre pays, le choc de compétitivité menace aussi nos campagnes. Pour le plus grand profit de l’Allemagne

Parfois la terre ment ! La moitié des asperges consommées dans l’Hexagone est allemande. Les abattoirs bretons s’effondrent les uns après les autres. Après la France sans usines, la France sans champs ? Bonne terre, bon climat, agriculteurs bien formés, passé prestigieux, celle-ci aurait pourtant dû être une agriculture de Cocagne. Dans l’esprit des pères de l’Europe, il était d’ailleurs clair que si l’Allemagne continuerait à dominer l’industrie, la PAC serait francophile.

 Hélas, le ver s’est installé assez vite dans le fruit avec les fameux montants compensatoires. Ceux-ci ont rapidement joué comme des subventions en faveur des pays à monnaie forte, l’Allemagne en faisait partie, pas la cigale française. La réunification et l’apport des immenses domaines de milliers d’hectares de l’Est ont fait le reste. Le choc de compétitivité a éclaté au grand jour en 2007 : pour la première fois cette année-là les exportations allemandes de produits agricoles ont dépassé les françaises. Bien sûr, la France est encore excédentaire et l’Allemagne encore déficitaire, mais pendant que celle-ci continue à progresser, la France a déjà divisé son excédent par deux. Depuis 2000, la production de volailles a augmenté de 700.000 tonnes (+ 50 %) en Allemagne et baissé de 400.000 tonnes en France (– 16 %). Jadis deuxième exportateur mondial, la France peine désormais au quatrième rang. Humiliation suprême, elle produit et exporte moins de lait et de fromages que l’Allemagne. Celle-ci est devenue exportatrice de porc quand elle en importait plus d’un million de tonnes avant 2000.

 « En dix ans, la dégradation de nos ­positions a été spectaculaire », s’alarme l’économiste Elie Cohen dans «?Le décrochage industriel?». La revue «Démeter», qui consacre un dossier très complet à l’agriculture allemande, s’interroge sur « une dynamique aussi irrésistible que celle de la Mannschaft ». Bref, l’Allemagne contrôle désormais à la fois les usines et les champs.

 Les réformes Schroeder n’ont visiblement pas dopé que l’industrie automobile. En libéralisant le marché du travail, elles ont donné aux exploitations agricoles et à l’industrie agro-alimentaire l’accès à une main d’œuvre bon marché. Non seulement le secteur n’avait pas jusque-là de salaire minimum, mais les portes sont grandes ouvertes aux travailleurs de l’Est auxquels sont appliqués les taux de prestations sociales de leurs pays d’origine (par exemple 20 % en Bulgarie contre 39,4 % en Allemagne). Dans des secteurs comme les fruits et légumes ou l’industrie de la viande où le travail peut représenter 60 % des coûts de production, c’est mortel : « Quand on perd 30 % d’une production de fruits et légumes, un pan entier d’activité s’écroule », se désole Xavier Beulin, le patron de la FNSEA.

 Odile Benyahia-Kouider, dans « L’Allemagne paiera », décrit «?le paradis des fraises?». C’est à Rostock, ex-RDA, la saison y dure cinq mois, pendant lesquels 80 cueilleuses venues d’Ukraine ou de Pologne se penchent pour ramasser chacune par jour jusqu’à 200 kilos de fruits cultivés à l’abri d’immenses tunnels. Elles sont payées de 5 à 6 euros de l’heure, deux fois moins qu’en France. Pendant ce temps, en septembre, des légumiers en colère incendiaient le centre des impôts de Morlaix... En quinze ans, la production germanique a bondi de 64 % pour les fraises et la française chuté de 40 %. Le porc aussi s’est engraissé. La taille du groupe Tönnies Fleisch a été multipliée par huit en dix ans. Des découpeurs et désosseurs venus de l’Est, employés dans le plus grand abattoir d’Europe, y tranchent 28.000 porcs par jour, expédiés par trains entiers vers les ports de Brème ou de Hambourg. En treize jours, il assure la production annuelle de l’abattoir normand en redressement judiciaire AIM.

 Or, la taille fait beaucoup à l’affaire, celle des outils industriels de transformation comme des exploitations. Le promoteur de la ferme dite des « Mille Vaches » (qui ne sont que 500), Michel Ramery, un fils d’agriculteurs, après avoir fait fortune dans les travaux publics, voulait bâtir une ferme modèle. Les déchets sont recyclés, le volume permet de se répartir le travail à plusieurs et d’éviter que les agriculteurs soient vissés à leur installation, ce que les jeunes ne veulent plus. Confédération paysanne, Verts, Front de gauche, habitants du coin, tous lui sont tombés dessus, « démontage » et 150.000 euros de dégâts à la clef. « S’ils veulent survivre, les petits éleveurs locaux qui perdent déjà de l’argent seront demain obligés d’aller pointer à l’usine à vaches », caricature un habitant. En Allemagne et en Pologne, les troupeaux de 1.000 à 3.000 bêtes sont courants, certains américains vont jusqu’à plus de 40.000. Ceci explique cela.

 Notre pays a tout autant de mal à accepter la réforme de son agriculture que du reste de son économie. Les paysans se sentent constamment mis en joue, leur malaise est réel. Sans oublier le choc de la complexité. Xavier Beulin évoque la France «?championne du monde » des normes, des délais ou des procédures. Toutes ces opérations sont facilitées en Allemagne. A Toulouse, un manifestant de «?Journée contre les normes » se plaignait : « Nous sommes sur-admi­nistrés, bientôt je vais commencer ma journée de travail à 14 heures avant de pouvoir rentrer dans le champ, tant il est compliqué de respecter les normes administratives et environnementales. »

 Pendant que des contrôleurs zélés vérifient la largeur exacte des bandes de terres cultivables, non seulement nous profitons peu de la croissance de la demande mondiale, mais nous perdons aussi des parts de marché.

 

Sabine Delanglade

 

   
   
       


PROGRAMME ET BULLETIN D INSCRIPTION - 07/01/2014
PROGRAMME ET BULLETIN D INSCRIPTION
1er Forum sur les circuits courts de proximité en Pays d'Arles

 http://www.min-chateaurenard.com/upload/pdf/1389085221Programme_forum_circuits_courts_24_01_14.pdf
   
   
       


MARCHE PUBLIC DE RESTAURATION COLLECTIVE - 12/11/2013
MARCHE PUBLIC DE RESTAURATION COLLECTIVE
Le Pays d'Arles et ses partenaires développent un projet de valorisation des productions agricoles en circuits courts de proximité avec le soutien du programme LEADER.

Un objectif de ce projet porte sur l'approvisionnement de la restauration collective en produits locaux afin de renforcer le développement économique des agriculteurs du Territoire, et de garantir des produits frais et goûteux aux utilisateurs finaux.
Ainsi, en partenariat avec le cabinet LEXCASE Avocats (Marseille), le pays d'Arles organise deux réunions d'information pratique pour les professionnels agricoles et leurs groupements:

-Séance 1: découvrir les marchés publics de restauration collective le 29 Novembre 2013, de 14H à 17h au MIN de Châteaurenard (Salle Marignan)

-Séance 2: répondre à un marché public de restauration collective le 6 Décembre 2013, de 10H à 13h en mairie de Saint Etienne du Grès (salle du Conseil).

INSCRIPTION OBLIGATOIRE AUPRES DE LAURE BOU par mail l.bou@ville-arles.fr ou par téléphone 06 12 11 53 25 
   
   
       


MELON FRANCE: PRODUCTION ENCORE FAIBLE - 03/07/2013
MELON FRANCE: PRODUCTION ENCORE FAIBLE

La production nationale est encore 4 moins importante que pour la campagne précédente, selon le rapport d'Agreste, ministère de l'Agriculture.

 Les mauvaises conditions climatiques ont fortement impacté la production. Les semaines à venir seront marquantes pour cette campagne, le bon développement des cultures nécessite des températures supérieures. 

 Pour cette campagne 2013, les surfaces en melon totalisent 14 516 hectares, soit un repli de plus de 250 ha. Les cultures sous serres sont stables par rapport à la campagne précédente, avec 716 hectares ; les cultures sous abri avec 7 078 hectares sont en baisse de 3,5% ; les cultures de plein air avec 6 722 hectares sont en retrait de 0,5%.

 Les régions sud-est sont les seules à augmenter leurs supeficies, ailleurs les cultures diminuent avec une baisse de -2% dans le centre ouest et -5% dans le sud-ouest.

 La production française 2013 est estimé à  285 000 t (- 1 %). Les volumes disponibles seront en très léger recul par rapport à la saison précédente, la progression du rendement va compenser la baisse des surfaces. L'ensemble des régions de production annoncent un retard de production de plusieurs semaines.

 source : agreste agriculture gouv fr

   
   
       



1 2 3 4 5


Actualité


Annonces
10/10/2017

OFFRE D'EMPLOI
URGENT
09/10/2017

OFFRE D'EMPLOI
SOLEBIO, Entreprise située à Sorgues (84 VAUCLUSE), rassemblant une soixantaine de producteurs de fuits et légumes bio  en circuit long du sur-est de la France, recherche :
03/10/2017

TRACTEUR N°638
Vend tracteur 4110 FORD avec fraise et rotobêche
03/10/2017

MATERIELS DIVERS N°639
Vend
03/10/2017

TRACTEUR N°641
Vend




Météo Châteaurenard © meteocity.com
  MIN de Châteaurenard-Provence Bd Ernest Genevet
13160 CHÂTEAURENARD
Tél : 04 90 94 14 90
Fax : 04 90 94 18 36
 

   

Mentions légales            
   
all rights © reserved to MIN Châteaurenard-Provence
Site, marque et logo déposés à l'INPI
Site réalisé par
Le MIN de CHÂTEAURENARD - PROVENCE va permettre de faciliter et clarifier les transactions en donnant aux producteurs et aux expéditeurs,
un outil de travail fonctionnel et adapté aux moyens modernes d'échanges dans le Secteur des Fruits et Légumes.
MIN,Chateaurenard,Chateaurenard Provence,Marché de provence,Fruits de provence,Légumes de provence,Fruits et Légumes de provence
MIN Châteaurenard, Marché d'Intérêt National, Provence, Fruits du sud, Légumes du sud, Marché fruits et légumes
Mot de passe oublié
Saisissez l'email de votre compte.
Nous vous enverrons immédiatement votre mot de passe par Email.

Email :

Envoyer à un ami

Votre Email :
Votre Nom:
Son Email:
Votre Message